“J’ai pas le temps!” Voilà ce que tu t’es dit trop souvent quand tu as contemplé l’idée d’apprendre la guitare électrique. Ou alors quand tu as lancé un ènième regard de dépit plein de renoncement en regardant cette gratte qui prend lamentablement la poussière dans un coin de la pièce. Pourtant, tu t’y voyais déjà, sur le devant de la scène en train de taper des solos à la Slash et de sauter dans tous les sens comme Angus. Savoir jouer d’un instrument est un vrai plaisir, et apprendre est gratifiant. Sauf qu’entre toi et le plaisir s’est intercalé un truc un peu chiant appelé “travail”. Donc t’as sorti ton excuse de merde habituelle : “j’ai pas le temps”. Je te propose donc quelques pistes pour éliminer cette excuse moisie et de permettre de trouver le temps pour apprendre la guitare électrique.

Photo by Damian Patkowski on Unsplash

1 – Si c’est important, tu trouves le temps

Avant de rentrer dans l’aspect tactique pour trouver ce temps, il est important que tu assimiles bien que “j’ai pas le temps” n’est rien d’autre qu’une excuse. Il est possible que t’aies une flemme terrible, tellement terrible que c’est la norme dans ta vie. Dans ce cas, je sais même pas pourquoi t’as lu jusque là. Ferme ton ordi et comate. Il est également possible que tu n’aies pas bien compris pourquoi tu veux apprendre la guitare électrique. Est-ce que c’est pour être cool? Est-ce que c’est pour plaire à quelqu’un? Est-ce parce que quand tu vois des guitaristes claquer des solos d’enfer ta te prend aux tripes et tu te vois à leur place? Quelle que soit la raison, il y en a une. Sois certain(e) de savoir quelle est cette raison, sans quoi t’iras pas loin.

Dans tous les cas, si c’est important pour toi (= si ça tourne à une forme d’obsession dans ta tête), tu trouveras le temps. Maintenant, si tu sais que c’est ultra méga important et que tu dois apprendre la 6 cordes branchée mais que tu n’as toujours “pas le temps”, c’est probablement qu’il y a un autre problème sous-jacent : t’as peur du boulot ou tu ne sais pas pas quoi commencer.

1.1 Mets-toi au boulot, tout simplement

Si c’est la masse de boulot qui te fait peur, et que t’es par avance découragé par les petites douleurs aux doigts et la lenteur de tes progrès, il n’y a pas trente-mille solutions :  il faut continuer à bosser chaque jour. Je sais, c’est pas ce que t’avais envie de lire mais c’est la vérité. Tu vois, la motivation est quelque chose de fluctuant. Il y a des jours où tu l’as, d’autres non. Tu ne peux pas compter dessus. La seule constante c’est ton boulot. Et le travail vient toujours, toujours, toujours avant tout autre chose. Je répète si t’as pas compris : toujours.

La bonne nouvelle, c’est qu’à force de bosser, tu feras des progrès, et que les progrès s’additionnant tu vas commencer à trouver une source de motivation un peu plus stable. Ensuite ça fera effet boule de neige. Mais tu dois passer ce point de bascule et tu ne peux y arriver que par ton travail.

1.2 Détermine ton point de départ

Il se peut aussi que tu sois juste paumé(e) et que tu ne saches pas bien par où commencer. Là, re-bonne nouvelle, il existe plein de solutions :

  • Tu trouves un prof à côté de chez toi. Il te donnera des trucs à travailler et t’auras qu’à suivre le mouvement. Perso j’ai pris des cours pour tous les instruments que j’ai appris (piano, guitare, basse), Pas nécessairement pendant dix ans, mais un ou deux ans minimum pour bien démarrer;
  • Tu suis un programme de cours en ligne : ça peut passer par une école en ligne avec des programmes débutants tout prêts. Ca peut aussi passer par des apps dédiées à l’apprentissage de la guitare. Franchement, en creusant un peu t’as une tonne de choix. Prends une solution, sans trop te prendre la tête et bosse;
  • Tu fais ça en autodidacte à partir de morceaux que tu aimes bien. T’apprends à lire une tablature et tu commences ton parcours du combattant. Simple, basique. Et si tu veux faire ça en autodidacte mais que t’a pas de morceau préféré (là tu commences à m’inquiéter), j’ai un article qui te donnera quelques pistes pour apprendre la guitare électrique tout(e) seul(e).

2 – Fais le tri dans tes priorités

Maintenant que tu es au clair sur ta motivation de départ et ce que tu dois concrètement apprendre, il est temps d’entrer dans la partie “tactique” et de trouver ce foutu temps. Alors, suivant ton âge et ta maturité (l’un n’étant absolument pas fonction de l’autre), soit ça va être une révélation, soit tu vas me traiter de vieux con : il y a une tonne de choses que tu fais aujourd’hui dans ta vie qui sont totalement inutiles. Arrête de les faire.

On peut globalement diviser les actions et activités inutiles en deux groupes :

  1. Les actions et activités totalement contre-productives, les pertes de temps. Celles sur lesquelles il n’y a pas débat, genre mater des lolcats sur Youtube. Même si c’est drôle, ça ne sert strictement à rien. J’vais pas jouer au papa à te dire ça c’est bien ça c’est pas bien : tu sais très bien quand tu perds ton temps alors juste : arrête;
  2. Et celles qui pourraient trouver une sorte de justification genre “mais si ça me sert à ci ou à ça” mais en fait non, tu procrastines salement. Si l’on reste sur l’exemple Youtube, c’est commencer à descendre dans l’enchaînement de vidéos de guitares jusqu’à ce que tu te dises “merde il est 1h du mat faudrait p’tête que je me pieute”. Tu pourrais dire “ouais j’observe comment il joue tout ça tout ça”, des conneries en branche. La seule action qui doit trouver grâce à tes yeux c’est prendre ta gratte et bosser.

Tu veux trouver le temps d’apprendre la guitare électrique? Il faut que ce soit ta priorité. Le reste ça dégage. Point. Barre. Tu exécutes (au sens pas sympa) toute tâche, activité, action qui s’éloigne de ton objectif de devenir le plus grand shredder que la Terre ait jamais porté. Soyons clair, t’arriveras à rien si tu fais autre chose, genre commencer le ukulélé. Encore une fois, la seule action qui a une valeur c’est de prendre ta gratte et de jouer. Si ça te gonfle, c’est que ce n’est pas ta priorité et dans ce cas mets là en vente ou donne-la. Elle ne te mérite pas.

Photo by Maxim Fiyavchuk on Unsplash

3 – Bloque un temps dédié dans ta journée

Alors là, j’ai peut être prononcé un gros mot qui me fera basculer dans tous les cas dans la catégorie “vieux con” : a-gen-da. Planning. Calendrier. Sans rentrer dans un côté super maniaque à planifier chaque minute de ta vie (j’en connais), il est indispensable de dédier un temps fixe à l’apprentissage de ton instrument. A toi de voir quand ça te convient le mieux en fonction de ta situation, mais tu ne peux pas y couper.

Si tu ne bloques pas un moment de ta journée en disant “là, de telle heure à telle heure pas touche je fais du bruit!”, tu vas te retrouver avec un million d’autres tâches et tentations auxquelles tu ne vas pas résister car nous autres humains sommes câblés pour éviter ce qui est pénible et rechercher ce qui est agréable. Mal au doigts vs lolcats.

Pour déterminer ce créneau, détermines déjà si t’es plus efficace le soir ou le matin. Oui, il y a des gens plus efficaces le matin, ça n’existe. Ensuite ne le prévois pas trop long, 30 minutes bien concentrées par jour suffisent. L’important c’est la régularité. Ca ne sert à rien de ne pas le faire pendant trois jours et ensuite te taper une punition d’1h30 avec des cloques aux doigts à la fin. Tu vas juste te dégoûter tout(e) seul(e).

D’ailleurs, au passage, si tu suis des cours avec un prof, bloquer un créneau et travailler régulièrement st absolument indispensable au risque de devoir te confondre sous un tas d’excuses pourries au prochain cours sur le pourquoi du comment ton chat a pissé sur les tablatures qu’il t’avait filées et que l’encre a coulée et que de toutes façons t’as dû tout jeter parce que juste l’odeur c’était pas possible et blablabla et blablabla. Et donc t’as rien foutu de la semaine.

4 – Mets à profit les temps morts

Ceci étant dit, je suis pas là pour te dire de vivre une vie de petit gymnaste chinois et de ne faire que ça du matin au soir jusqu’au burnout. La musique doit rester un plaisir et trop forcer ne peut se faire qu’au détriment de la créativité. On s’ra d’accord pour se dire que pour cette activité qui rentre dans le domaine artistique, la créativité c’est un ch’ti peu important.

Donc, quand t’es rattrapé par la flemme et qu’il est temps de te mater un bon gros nanar le dimanche soir sur TF1, c’est aussi le moment de prendre ta guitare, sans la brancher, et de grattouiller sans (trop) réfléchir. Tu peux :

  • Travailler tes positions d’accord
  • Travailler tes enchaînements d’accords
  • Travailler tes bends
  • Travailler un riff
  • Travailler tes vibratos
  • Faire tes gammes
  • Faire tes déliateurs
  • Je crois que t’as compris…

Je le répète dans beaucoup d’articles : apprendre un instrument, c’est créer des automatismes. Les automatismes se créent par la répétition. Si tu fais tourner tes gammes en boucle pendant la durée d’un film, je peux t’assurer que tu vas progresser aussi vite qu’Yngwie Malmsteen descend une gamme.

En conclusion

Pour récapituler, voici la logique globale (parce que oui, il y en a une) :

  1. Sois très clair sur le pourquoi du comment tu veux apprendre la guitare électrique. Une fois que tu sais (et te mens pas, t’as le droit de vouloir pécho avec ton instrument c’est tout à fait valable -et ça marche-) : tu te le placardes quelque part. N’oublie pas pourquoi tu as eu envie de t’y mettre. Reviens-y dès que t’as besoin d’un petit shot de motivation ;
  2. Trouve un point de départ pour ton apprentissage et bosse : un prof, un programme de cours en ligne, une app… ;
  3. Fais-en ta priorité et élimine toutes les activités sympas mais qui ne te permettent pas réellement de progresser. Indice : il n’y en a qu’une seule qui te permet de progresser.
  4. Bloque 30 minutes tous les jours dans ton agenda et garde ça comme un sanctuaire. Pas touche, it’s noise time ;
  5. Mets à profit les temps morts (un film naze à la télé) pour travailler des automatismes, des déliateurs et autres exercices de coordination.

Si t’es honnête avec toi-même et que tu appliques réellement ces quelques conseils -surtout l’élimination des activités inutiles-, tu as largement le temps de bosser ton instrument. J’ai une femme, deux enfants, un taf qui me bouffe la plus grande partie de mon énergie et de ma journée et j’arrive encore à trouver du temps pour écrire mes articles, enregistrer de la zic et bosser mon instrument. Pas d’excuses!

T’as trouvé ça bien? T’as trouvé ça naze? Partage, et raconte nous tout ça! Et si t’as d’autres astuces à partager, partage-les avec tout le monde en commentaires 🙂

Crédits photo :