On va s’le dire : il existe des tonnes de portes d’entrée pour débuter la guitare électrique. Probablement autant qu’il y a de chansons que l’on peut jouer à la guitare avec trois ou quatre accords simples. Ca en fait un sacré paquet. Ceci dit, ça peut exclure deux paramètres importants : la possibilité de réutiliser exactement ces mêmes accords pour plein d’autres titres et compos dans le temps et le fait que ça constitue une base d’apprentissage tout court.

J’ai un avis tranché là-dessus : il n’existe pas de meilleure porte d’entrée pour débuter la guitare électrique que le blues. Il peut être appris dans une forme très simple et conduire à des apprentissages très diversifiés par la suite. Et puis fondamentalement, le blues, c’est la base. Voici donc la base de la base : les 3 accords blues pour débuter la guitare électrique.

Le grand avantage du blues, c’est qu’il est un langage commun pour beaucoup de musiciens, pas seulement les guitaristes. Et quand on partage un langage commun, on a la possibilité de communiquer. De jouer quoi. De taper un boeuf. Je vais donc te raconter deux trois trucs fondamentaux qui te permettront de très vite jouer un truc qui ressemble à quelque chose, et de le faire avec d’autres zicos.

La progression blues

Voilà un mot ultra important : progression. Il désigne une suite d’accords qui ressemble à quelque chose d’écoutable. On va d’ailleurs écrire cette progression en “degrés”. C’est très simple : retiens juste I – IV – V. Voilà la base du blues. Bien entendu ce sont des chiffres romains hein. 1 – 4 – 5.

Ces chiffres correspondent à des notes fondamentales, c’est à dire la note qui donne son nom à l’accord. Prenons tout de suite l’exemple qu’on va utiliser : partons sur une tonalité de mi (E). Si tu le sais pas encore, c’est ce qu’il y a de plus simple pour un guitariste pour la bonne raison que ton accordage standard comporte déjà deux mi : la corde la plus grave, la corde la plus aigu.

Donc en mi (E), notre premier degré, le I, c’est le… mi. Donc on note : j’ai besoin d’un accord de mi. Jusqu’ici tout va bien. Ensuite, il suffit de compter. Et si t’es nul en comptage, tu peux utiliser tes doigts. C’est utile en guitare les doigts. On compte jusqu’à 4 : Mi, fa, sol, la. Notre quatrième degré est donc le la (A). Et le suivant, le cinquième : si (B).

Voilà donc la progression blues ultra-classique en mi :

  • I – accord de mi (E)
  • IV – accord de la (A)
  • V – accord de si (B)

Les 3 accords blues en mi (E)

Alors à ce stade, on va faire les grosses faignasses sur les deux premiers accords. Pour la bonne cause (double) : sonner blues, et te simplifier la vie car tu ne va mobiliser que deux doigts au lieu de trois pour les deux premiers accords. Tu vas faire un peu plus de noeuds avec tes doigts pour le troisième mais faut bien que tu bosses un peu, quand même.

Prérequis : savoir compter et connaitre les noms des doigts de tes mains.

L’accord de Mi7 à la guitare (E7)

Alors tu vas voir, j’ai collé des 7 sur tous les accords. C’est pas pour faire classe ou compliqué. T’emmerdes pas avec ça pour le moment, saches juste que ça se dit “septième”.

Voilà comment placer tes doigts :

  • l’index sur la 1ère case, 4e corde
  • le majeur sur la 2e case, 2e corde

Et tu balaies toutes les cordes! Tadam! La seule difficulté ici est de bien laisser sonner la corde qui est vide entre ton index et ton majeur (le majeur peut venir l’étouffer si il n’est pas bien “arrondi”).

L’accord de La7 à la guitare (A7)

Voilà comment placer tes doigts :

  • le majeur sur la 2e case, 3e corde
  • l’annulaire sur la 2e case, 5e corde

Ce n’est pas le doigté le plus conventionnel (normalement on enlèverait un doigt à partir de l’accord de la, ce qui donnerait l’index à la place du majeur ici). Mais c’est de loin le plus simple et le plus pratique.

Attention, petite difficulté sur celui là : tu ne dois pas balayer la première corde (le mi grave). Ce que je fais perso, c’est que je l’étouffe avec mon pouce comme ça je m’emmerde pas à savoir si j’attaque bien à partir de la deuxième corde. Astuce bourrin à grosses paluches. Donc tu balayes toutes les cordes à partir de la deuxième (corde de la). Attention également à bien laisser sonner les cordes vides.

L’accord de Si7 à la guitare (B7)

Ah ha là ça devient un peu plus drôle (pour moi, même si je ne te vois pas mais que je sais que tu vas galérer). Sadisme. Enfin, pas trop parce que je t’évite un accord barré. Mais tu vas quand même utiliser les 4 doigts dispos :

  • l’index sur la 1ère case, 3e corde
  • le majeur sur la 2e case, 2e corde
  • l’annulaire sur la 2e case, 4e corde
  • et enfin l’auriculaire sur la 2e case, 5 corde

Comme tu peux le voir, ça fait du monde sur la deuxième case. Deux points d’attention pour bien jouer cet accord de Si7 :

  1. La première corde, le mi grave, ne doit pas être jouée : tu peux l’étouffer avec le pouce ou en la touchant avec le majeur qui est sur la 2e corde
  2. Il faut bien laisser sonner la corde de Si à vide (la 5e) qui est coincée entre ton annulaire et ton auriculaire

Comment travailler ces trois accords blues pour débuter la guitare électrique?

Ton premier objectif est simple : que chaque accord sonne propre. Ce qui veut dire qu’il faut travailler lentement, bien placer les doigts et être patient. Tout est une histoire de connexions neuronales à construire : il est donc primordial d’y aller doucement et très proprement. Ca te facilitera grandement le travail par la suite. Tu peux travailler chaque accord indépendamment. Puis travailler les enchainements :

  1. Jouer un E7 puis un A7
  2. Jouer un E7 puis un B7
  3. Jouer un B7 puis un A7
  4. Et jouer un A7 puis un E7

Voilà, je crois que t’as de quoi faire! Une bonne base pour débuter la guitare électrique. Une fois que tu maîtrises tout ça sur le bout des doigts (ha ha) tu pourras travailler ça sur une grille qu’on appelle le 12-bar blues. Pour un prochain épisode!

Cet article t’a plu? Tu as des questions? Des difficultés, un truc pas clair? Partage-nous tout ça en commentaires. Et n’oublie pas de partager, ça mange pas d’pain, c’est bon pour l’humanité et pour ton karma. Si si, penses-y.

Photo by Mark Kamalov on Unsplash