Tu la connais, cette frustration, quand tu essaies d’enchainer deux accords et que ça ne passe pas. Que tes doigts font des noeuds. Ou quand tu essayes de passer un petit plan à intégrer à tes solos, et que juste ça ne veut pas. Rien à faire. Les doigts se posent pas où il faut, tu rates la corde avec le médiator. On est beaucoup dans ce cas là à faire le bélier et à s’exciter en vain. Pas méga productif. Je te propose une alternative pour progresser à la guitare facilement.

 

Un protocole d’entrainement russe. Oui oui.

Cette méthode, je ne l’invente pas. Elle a été découverte bien plus à l’Est, chez les haltérophiles soviétiques. Alors je te rassure tout de suite, ça n’implique pas de s’injecter des produits chelous aux effets incertains. Ce qu’ils ont découvert dans leurs protocoles d’entrainement, c’est qu’ils progressaient un max en faisant quelques répétitions espacées tout au long de la journée plutôt que de tirer comme des boeufs sur les barres pendant des heures. Dans le monde de la force, on appelle ça « grease the groove ». Graisser la rainure. Le sillon. La qualité et le repos comme levier de progression.

Nan nan, j’te rassure…

Je suis sur que ça te branche d’accélérer ta progression sans faire saigner tes doigts. Parce que ça fait mal et qu’il y a mieux à faire. C’est très simple, et j’en avais déjà parlé dans mon article pour réussir les barrés à la guitare. Il s’agit de répartir les temps de travail en mini-sessions tout au long de la journée. Mettons que tu n’arrives pas à enchainer correctement un accord de sol et un accord de fa. Deux positions très différentes, un barré l’autre pas. Il faut complètement changer la position des mains.

 

Comment progresser à la guitare facilement

Voilà comment procéder : en début de journée, tu attrapes ta gratte. Tu te poses 5 minutes. Tu reposes ta gratte pour reprendre des activités normales. Et tu recommences, encore et encore. Ton objectif est de te concentrer sur la qualité. Apprendre et progresser à la guitare, c’est une affaire de connexions neuronales. A chaque fois que tu apprends un accord, un enchainement, un plan, tu crées de nouvelles connexions. Au début c’est lent, car la connexion est toute jeune. Et puis, au fur et à mesure des répétitions, la connexion se renforce, des automatismes se créent et tu commence à accélérer.

Tu peux comparer ça au fait de faire couler de l’eau dans un sillon. La première fois que tu fais couler l’eau, il n’y a rien. Alors tu prends un bâton et tu fais un premier tracé. La deuxième fois la flotte coule un peu partout, alors tu creuses un peu plus. Et ainsi de suite. Au bout d’un moment, l’eau fait le boulot toute seule et va elle-même creuser le sillon. Progresser à la guitare, c’est pareil. Donc : focus sur la qualité, quitte à aller très très lentement.

 

Se concentrer sur la qualité

Tu plaques ton premier accord. Concentre-toi sur le placement de tes doigts. Sur le fait de jouer le premier accord le plus proprement possible. Chaque détail compte et tu dois vraiment chercher la perfection. Oublie la vitesse, tu ne dois t’occuper que de la propreté de ton exécution. Une fois que c’est fait, tu changes ta position pour le deuxième accord. Encore une fois, tu prends ton temps. Chaque doigt doit être bien placé. Ils ne doivent pas étouffer les cordes vides s’il y en a, et les cordes pincées doivent toutes sonner. Tu fais ça quelques fois, quatre ou cinq, suivant le temps que ça te prend. Et tu poses ta guitare et tu vas faire ce que t’as à faire.

Un peu plus tard tu repasses devant ta gratte : tu l’attrapes. Tu fais pareil : tu plaques le premier accord, puis le deuxième, toujours en te concentrant sur la qualité et le fait qu’il sonne parfaitement. Peut-être d’ailleurs que tu n’as le temps que de le faire une fois. C’est très bien. Passe à autre chose, et ainsi de suite tout au long de la journée. C’est aussi simple que ça : tu travailles quelques minutes et tu continues ta journée. En répétant un enchainement ou un plan 5, 10 ou 15 fois dans ta journée sans frustration et sans fatigue, tu vas creuser les sillons sans galérer.

 

Une efficacité contre-intuitive

Cette méthode te permet de créer les meilleures connexions neuronales possibles. Ce qui veut dire que lorsque tu seras en mesure d’accélérer les mouvements, ça sera propre et parfaitement exécuter. Evidemment, ça te donnera une excellente base pour continuer à apprendre. Je peux te garantir que c’est beaucoup plus sympa d’apprendre de nouveaux plans quand ils rentrent comme papa dans maman parce que t’as bien lubrifié les bases. Plaisir garanti! (hum)

Je l’utilise beaucoup pour « débloquer » les riffs qui ont du mal à rentrer. Aussi pour travailler l’assemblage des différentes parties d’un solo. Ca marche très très bien et c’est particulièrement utile quand tu n’as pas le temps ou l’envie de t’y coller pendant une heure. Ce qui peut être contre-productif. Je t’encourage donc à expérimenter avec cette méthode pour progresser à la guitare et à me dire dans les commentaires si ça marche pour toi!

Photo du guitariste par Marcos Luiz Photograph sur Unsplash